DERVICHES TOURNEURS AU FEMININ? A Bursa des femmes derviches proposent une cérémonie Mevlevî

Au centre culturel Karabaş-i Veli de Bursa, ville de la région de la mer de Marmara, des femmes derviches officient pour le  sema, la cérémonie mevlevî, dénommée les « derviches tourneurs » dans la nomenclature touristique. A Istanbul plusieurs lieux proposent aux spectateurs des séances de sema et on peut s’interroger sur le contenu spirituel de ces séquences conçues pour le spectacle alors que le soufisme, le tasavvuf constituaient  justement le volet spirituel qui aurait manqué à l’Islam ottoman occupé à l’administration quotidienne de  la cité. Il n’y a pas forcément de raison pour que ces sema au féminin  échappent  à cette mise en spectacle… sans doute faut-il aller y voir de plus près

Écrit par Gaelle Loisel
Un lieu d’exception à découvrir: le centre culturel Karabaş-i Veli de Bursa, où des femmes derviches proposent une fois pamois une cérémonie Mevlevi. Un festival de couleurs, une atmosphère intimiste et un total émerveillement vous attendent, sans oublier le jardin, où elles vous accueilleront dans une ambiance sereine tout en vous offrant thé et délicieux lokmas… Nous avons rencontré l’une d’elles, Gülşah Köprü Halis

Lepetitjournal.com d’Istanbul : Quand et comment avez-vous commencé à participer à des cérémonies Mevlevi (sema)?
Gülşah Köprü Halis
: Depuis six ans, j’essaie de participer aux conversations “tasavvuf” (soufisme). Je participe à des sema depuis quatre ans. La première fois que je suis venue au centre culturel Karabaş-i Veli, il y avait des derviches tourneurs. En les regardant danser, je me suis dit que je voulais faire cela.C’était le début des sema pour les femmes au centre.

Le sema des femmes derviches (photo GL)

.