L’interdiction de défiler pour célébrer la Fête de la république révèle les rivalités au sommet de l’Etat turc

Écrit par Anne Andlauer

Lundi 29 octobre, fête de la République, des milliers de personnes ont défilé du centre d’Ankara au mausolée d’Atatürk malgré une interdiction officielle. La police a d’abord tenté d’empêcher la marche, organisée à l’appel de plusieurs partis et groupes d’opposition, avant de lever ses barrières. Depuis, une interrogation alimente la polémique et les rivalités au sommet de l’État : qui a fait lever ces barrages ?

Ce n’est pas le Premier ministre. Recep Tayyip Erdoğan l’a lui-même affirmé lundi, puis confirmé le lendemain, lors d’une conférence de presse. “Je n’ai pas donné l’ordre de lever ces barricades. Je ne sais pas si le président de la République a donné une telle instruction au préfet.” Qui d’autre, pourtant, que le chef de l’État, Abdullah Gül ?

Une de Vatan mardi: “D’abord le gaz, ensuite l’autorisation”

Dans la suite de sa réponse, Erdoğan semble adresser un message à l’intéressé, dont il convoite le fauteuil aux élections de 2014 : “Je ne pense pas que notre président pourrait donner une telle instruction car à ce jour, nous n’avons pas dirigé ce pays avec un exécutif à deux têtes. Le pays n’irait nulle part avec un exécutif à deux têtes”, a commenté le Premier ministre.

Message auquel Abdullah Gül a répondu hier :

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search