La sexualité selon l’Islam du gouvernement turc contemporain

The Economist publie un petit pamphlet humoristique sur les préceptes contradictoires énoncés par les membres du gouvernement islamo-conservateur turc.

TURKEY’S prime minister, Recep Tayyip Erdogan, believes that one of the keys to prosperity is a young population. He would love to ban abortion and he nags families to have at least three children. His campaign received an unexpected boost from a respected Islamic theologian, who said on a popular television show that sex was a form of worship. “Sex is a part of worship and, indeed, is the same as namaz (Muslim prayers),” Ali Riza Demircan told Haberturk TV. A conservative backlash then forced him to clarify that sex and prayers were not of equal virtue.

L’interdiction de défiler pour célébrer la Fête de la république révèle les rivalités au sommet de l’Etat turc

Écrit par Anne Andlauer

Lundi 29 octobre, fête de la République, des milliers de personnes ont défilé du centre d’Ankara au mausolée d’Atatürk malgré une interdiction officielle. La police a d’abord tenté d’empêcher la marche, organisée à l’appel de plusieurs partis et groupes d’opposition, avant de lever ses barrières. Depuis, une interrogation alimente la polémique et les rivalités au sommet de l’État : qui a fait lever ces barrages ?

Ce n’est pas le Premier ministre. Recep Tayyip Erdoğan l’a lui-même affirmé lundi, puis confirmé le lendemain, lors d’une conférence de presse. “Je n’ai pas donné l’ordre de lever ces barricades. Je ne sais pas si le président de la République a donné une telle instruction au préfet.” Qui d’autre, pourtant, que le chef de l’État, Abdullah Gül ?

Une de Vatan mardi: “D’abord le gaz, ensuite l’autorisation »

Dans la suite de sa réponse, Erdoğan semble adresser un message à l’intéressé, dont il convoite le fauteuil aux élections de 2014 : “Je ne pense pas que notre président pourrait donner une telle instruction car à ce jour, nous n’avons pas dirigé ce pays avec un exécutif à deux têtes. Le pays n’irait nulle part avec un exécutif à deux têtes”, a commenté le Premier ministre.

Message auquel Abdullah Gül a répondu hier :