Le musée de la ville de çanakkale est en train d’être créé.

Çanakkale Kent Müzesi’nin kuruluş sürecinde; kentin dünkü çocukları erişkinlerin çocukluk anılarını bugünün çocuklarını soruları ile açığa çıkararak müzenin ana hedeflerinden biri olan yaşayanların beleğini kayıt altına alarak paylaşamak, paylaşırken kenttin geleceğine çocukları dahil etmek amacı ile oluşturulan « Çocuk Gözü ile Kent » projesi bir yandan gelenekselleşirken diğer taraftan kendi içinde dönüşerek devam ediyor. Projenin dört yıllık süreci ve deneyimleri iki ay sürecek serginin ardından Eylül2012 ayı Müzenin e bülteni aracılığı ilede paylaşılacak.

Rabia çapa la première et plus ancienne galeriste d’art contemporain à Istanbul

Écrit par Meriem Draman, le Petitjournal, 2 juin 2012

Envoyer Imprimer

Rabia Çapa ouvrait en 1976 à Istanbul la première galerie d’art contemporain. 36 ans après, la galerie  Maçka Sanat Galerisi , aux choix exigeants est devenue un lieu de rendez-vous incontournable du Monde de l’Art. Atypique, elle expose les œuvres d’artistes de renommée internationale ainsi que celles d’artistes turcs majeurs. Rabia Çapa, c’est un parcours hors-norme, une femme de tête et de talent, une artiste passionnée et touchante par sa grâce

Lepetitjournal.com d’Istanbul : Pouvez-vous nous parler de vous ? De votre enfance ?
Rabia Çapa
(photo personnelle): Je suis née à Istanbul, ma famille est originaire de Rize, de la région de la Mer Noire. Nous étions 6 enfants, 4 filles et 2 garçons. Jusqu’à mes 14 ans, avec nos cousins et cousines, nous avons passé toutes nos vacances dans une grande ferme à Kayişdağ*, à Içerenköy , devenu de nos jours un quartier de la grande Istanbul, côté asiatique. J’ai donc grandi au milieu des poules, des vaches,  nous avions aussi de grands champs de blé. A la mort de mon grand-père puis de ma grand-mère peu après, ma famille a préféré vendre le domaine familial. Aujourd’hui à la place de la ferme de jadis, il y a de grands immeubles qui abritent les tours d’Iş Bankası. Quand on se réunit en famille, nos discussions reviennent sans arrêt sur cette enfance en plein-air que l’on a connue et que l’on a tant aimée. Ma mère, mariée à 13 ans, ne travaillait pas, s’occupait de nous autant qu’elle pouvait mais était très occupée avec ses œuvres de charité. Mon père, lui, était armateur, tout le temps en voyage. Nous avons grandi avec des parents très jeunes, mon père dès qu’il était à la maison jouait beaucoup avec nous, au ping-pong, au volley-ball.  Le reste de l’année, nous vivions à Bebek ; j’ai suivi ma scolarité secondaire au Lycée Sainte Pulchérie où j’ai appris le français.

Quelles études universitaires avez-vous faites ? D’où vous vient cette passion pour l’art ?
J’ai suivi les cours de l’Académie des Beaux-arts d’Istanbul. Pendant 4 années, j’ai suivi les cours de manière très assidue dans l’atelier du célèbre Bedri Rahmi Eyüboğlu sans jamais être inscrite, seulement en candidate libre car mon père n’a jamais accepté que je suive des cours à l’Académie. Déjà toute petite, je faisais des tableaux toute seule dans ma chambre, je les exposais aux amis de passage de mes parents dans notre grand salon, et leur demandais une somme symbolique pour admirer mes œuvres.  Mon futur métier de galeriste sommeillait en moi. Avec ma petite sœur Varlık, qui partageait ma passion pour le dessin, et qui était en plus collectionneuse, nous avons créé, devenues adultes notre première galerie d’art contemporain ensemble ici à Maçka : la Maçka Sanat Galerisi en 1976.

Comment l’idée d ‘ouvrir une galerie d’art contemporain vous est venue à l’esprit il y a 36 ans ? (l’entrée de la galerie décorée par Daniel Buren à Maçka, collection personnelle)
Quand mes deux petites filles ont été en âge d’aller à l’école, et que je me suis retrouvée plus ou moins esseulée, j’ai dit à mon mari qu’il fallait absolument que je travaille. Je ne me sentais plus capable d’exercer en tant qu’artiste, et Bedri Rahmi Eyüboğlu, mon ancien professeur ne m’y a pas encouragée… Je voulais à ce moment-là absolument rester dans le milieu de l’art, et j’ai eu l’idée d’ouvrir une galerie pour proposer les expositions des autres. Cette galerie est unique dans son genre, car nous sommes les seules à avoir transformé un appartement en galerie après avoir abattu presque toutes les cloisons. Il existait à cette époque déjà une galerie dans le quartier, mais la mienne est la plus ancienne aujourd’hui.

Quels sont les artistes que vous avez exposés qui vous ont fait connaître par la suite ?
Tous les artistes turcs aujourd’hui très connus sont passés par ma galerie : Mehmet Güleryüz, Ömer Uluç, Komet avaient déjà une petite notoriété mais après avoir exposé ici, ont connu ensuite un très grand succès international. Chez les étrangers, j’ai exposé Daniel Buren, François Morellet, Sarkis pour les plus célèbres. Ma devise a été depuis le début de m’attacher à certains artistes,  à reconnaître leur talent, à les suivre tout au long de leur carrière. Plutôt que la quantité, j’ai préféré choisir la qualité.  Par nos choix exigeants, ma sœur et moi, nous avons voulu que notre galerie traverse les décennies et être aujourd’hui encore une référence dans le monde de l’art contemporain.

 

Pour conclure peut-être, pourquoi l’art contemporain ?
A l’époque, il y a 36 ans, il n’y avait que des galeries d’art classique à Istanbul car l’art contemporain n’existait pas encore ici. Je ne voulais pas faire dans la nature morte, les paysages …et après avoir voyagé à Milan, à Paris, nous nous sommes dit ma sœur et moi que nous allions ouvrir notre première galerie d’art contemporain. Etonnamment, ma petite fille qui a une vingtaine d’années et qui vient de terminer ses études à la Sorbonne, est une passionnée d’art classique, et n’apprécie que très peu l’art contemporain. Moi, sa grand-mère, je vais tout entreprendre pour la faire changer d’avis…

Propos recueillis par Meriem Draman (www.lepetitjournal.com/istanbul) jeudi 7 juin 2012

Adresse :

MAÇKA SANAT GALERISI

Eytam Caddesi 31, Maçka 80200, Istanbul

Le mécène, un acteur méconnu de la ville

Cet article a pour ambition de proposer une réflexion sur l’homme d’affaires - collectionneur - donateur - créateur de musée en termes d’idéal-type. Il se propose de repérer les logiques qui le guident, d’analyser les impacts de ses actions. http://transcontinentales.revues.org/374.

La ville d’Istanbul sert de cadre à cette réflexion : elle se distingue en effet par une vitalité surprenante dans le domaine des événements culturels internationaux menés à l’initiative d’un secteur « à but non lucratif » en pleine croissance et par un nombre considérable de musées privés fondés dans les dix dernières années. Fondations privées et grandes familles émergentes ont ensemble transformé le paysage de la ville d’Istanbul, se donnant pour missions non seulement d’enrichir l’offre culturelle et artistique pour les élites stambouliotes, mais aussi d’inscrire Istanbul dans le réseau des métropoles mondiales, et de contribuer ainsi à en faire l’emblème d’une Turquie appartenant résolument au bloc européen, occidental

Nora Seni, « Le mécène, un acteur méconnu de la ville », Transcontinentales [En ligne], 7 | 2009, document 6, mis en ligne le 30 mars 2011, consulté le 08 juin 2012.

Liens : actualités culturelles

Presse généraliste : 

Radikal :
http://www.radikal.com.tr/Radikal.aspx?aType=RadikalKategoriV3&CategoryID=82 

Hürriyet :
Turkish : http://www.hurriyet.com.tr/kultur-sanat/
English :  http://www.hurriyetdailynews.com/artculture.aspx?pageID=431

Zaman : 
Turkish : http://zaman.com.tr/bolum.do?bolumno=6
English :  http://www.todayszaman.com/menuDetail.action?sectionId=110

Taraf : 
http://www.taraf.com.tr/kultur-sanat/ 

Haberler :
http://www.haberler.com/kultur-sanat/

Son Dakika :
http://www.sondakika.com/kultur-sanat/ 

Haber 34 :
http://www.haber34.com/kultursanat 

En Son Haber :
http://www.ensonhaber.com/kategori/kultur-sanat 

.

Presse spécialisée : 

Milliyet Sanat :
http://sanat.milliyet.com.tr/ 

ICE (Istanbul Contemporary Etc.) :
 http://icemagazinenews.blogspot.com/

Kültür Sanat Haritasi : 
http://www.dijimecmua.com/kultur-sanat-haritasi/ 

Rh + Sanat :
http://rhartmagazine.com/ ou sur D&R

Psikeart :
http://www.psikeart.com/ 

ArtIst Actual :
http://artistdergisi-modern-actual.blogspot.com/ 

Sanat Dergi Istanbul : 
http://www.sanatdergi.com/ 

Time Out Istanbul :
 http://www.timeout.com/istanbul/

The Guide Istanbul : 
 http://www.theguideistanbul.com/

Istanbul.com : 
http://www.istanbul.com/ 

Istanbul.net.tr : 
http://www.istanbul.net.tr/ 


Liens : institutions

Institut Français d’Etudes Anatoliennes (IFEA):
https://www.ifea-istanbul.net/ 

European Cultural Foundation : 
http://www.eurocult.org/

IBB Kültür A.Ş. (İstanbul Kültür ve Sanat Ürünleri Tic. A.Ş.) : 
http://www.kultursanat.org/ 

Fondation IKSV (Istanbul Kültür Sanat Vakfi):
http://www.iksv.org/tr 

UNESCO : 
http://www.unesco.org/new/en/culture/ 

CGLU (Agenda 21 pour la culture ) :
http://www.agenda21culture.net/index.php?lang=fr 

Anadolu Kültür :
http://www.anadolukultur.org/tr/ 

Liens : universités

Université Bilgi, faculté management et politiques culturelles : 
http://kpy.bilgi.edu.tr/en/ 

Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (CETOBAC), EHESS :
http://cetobac.ehess.fr/ 

 

Liens : art moderne, art contemporain et centres d’art

Musées :

Doğançay Museum :
http://www.dogancaymuseum.org/ 

Santral Istanbul :
http://www.santralistanbul.org/main/index/

Sakıp Sabancı Museum :
http://muze.sabanciuniv.edu/homepage 

Modern Istanbul :
http://www.istanbulmodern.org/

Pera Müzesi : 
 http://www.peramuzesi.org.tr/

 

Evénementiel :

Contemporary Istanbul (Foire d’Art Contemporain Istanbul) :
http://www.contemporaryistanbul.com/

Biennale d’Art Contemporain d’Istanbul (IKSV):
http://bienal.iksv.org/tr 


Galeries et centres d’art :

Platform Garanti Contemporary Art Center :
http://platformgaranti.blogspot.com/

Depo (Tütün Deposu):
http://www.depoistanbul.net/ 

SALT :
http://www.saltonline.org/tr/anasayfa

Galeri Manâ :
http://galerimana.com/en/ 

Mémoires de stages IFEA

2011

Louise BREHIER, Elève en deuxième année (Ecole Normale Supérieure de Paris) – Master 1 en Aménagement et Urbanisme (Université Paris I Panthéon-Sorbonne)
« Structuration et reproduction d’un espace de transit dans le quartier de Kumkapı, à Istanbul »
___(contacter la personne)

Demet KARAYER, Master 2 en architecture (Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Nancy)
« Propositions pour une régénération douce et respectueuse de l’identité des quartiers et pour l’aménagement des rives de la Corne d’Or. Affirmation des identités paysagères urbaines architecturales. »
—–(télécharger la notice)

Camille LANOIR, Master 1 Territoire de l’Urbain (Université Paul Valéry – Montpellier 3)
« La place de la culture dans un quartier en proie à une proche gentrification. Observations et analyses au sein du quartier de Tophane à Istanbul  »
—–(télécharger le mémoire)

Sylvain LANTHEAUME, Master 1 de géographie (Université Bordeaux 3).
« Istanbul, entre territoire conçu et territoire vécu :l’associatif au centre d’une nouvelle dynamique socio-spatiale » 
—–(télécharger le mémoire)

Julien LAPEYRE CABANES, Master 1 Géographie (École Normale Supérieure de Lyon)
« Trois avenues piétonnes d’Istanbul. Comparaison d’espaces centraux à l’heure de la consommation.  »
—–(télécharger le mémoire ici : Parties 1 et 2 / Partie 3 et biblio / Annexes)

Juliette TOUCHAIS, Master 2 (Ecole d’Architecture de Nantes)
« Portraits de territoires : les cas d’espaces de proximité à Istanbul. Regard croisé sur les localités de Cihangir, Firuzaga et Tophane. »
—–(télécharger le mémoire)

Nermin UNLUSOY, L3 Sociologie (Université Galatasaray)
« La genèse d’un lieu, mise en service du marché et création des murs invisibles lors de la régénération urbaine : Santralistanbul »
—–(télécharger le mémoire)


2010

Ceren AKYOS (mars-avril 2010). Université de Galatasaray (Sociologie).
« Les projets urbains d’Istanbul 2010, Capitale européenne de la culture ».
—–(télécharger le mémoire)

Marine DEBARD (mars-avril 2010). Master 1 Administration des institutions culturelles (Université Aix / Marseille).
« Politique culturelles et enjeux d’
Istanbul 2010, Capitale européenne de la culture. »
—–(télécharger le mémoire)

Annabelle LOPEZ (2010). Master 2 Institut Français d’Urbanisme (Université Paris Est), spécialité “Opérateurs urbains”.
« Projet de rénovation urbaine des quartiers de Fener et Balat à Istanbul : instrumentalisation du patrimoine en vue de reconfigurer la péninsule historique. »
—–(télécharger le mémoire)

Lucie RENOU (mai-juin 2010). Master 2 Institut Français d’Urbanisme (Université Paris Est).
« Projets de rénovation urbaine : Balat et Suleymanye
 (Istanbul 2010, Capitale européenne de la culture). » 
—–(télécharger le mémoire)

 

2009

Marie-Noëlle BATTAGLIA (février – juin 2009) : Master 1 Politiques publiques et changement social Mention Ville-Territoire-Solidarité, Institut d’ Etudes Politiques (IEP) de Grenoble.
« La construction et l’utilisation d’une mémoire locale « résistante » par les différents réseaux qui structurent le quartier de Küçükarmutlu. »
—–Contact : marienoelle02(at)hotmail.com

Julia BURTIN (février – juin 2009)Master 1 Politiques publiques et changement social Mention Ville-Territoire-Solidarité, Institut d’ Etudes Politiques (IEP) de Grenoble. 
« Les call-shops du quartier de Kadirga, points de rencontre entre différents réseaux migratoires et lieux d’activation de nouvelles solidarités. »

—–Contact : julia.burtin(at)gmail.com

Clémence PETIT (2009), Master 2 « Politiques Européennes », IEP Strasbourg, Université de Strasbourg
« Transformation urbaine, mobilisations collectives et processus de politisation. Le cas du projet de rénovation urbaine de Başıbüyük (Istanbul) »
—–(télécharger le mémoire)

 

2008

Ulrike LEPONT (2008), Université de Paris-Sorbonne (Paris IV), UFR de géographie et aménagement Master GAELE, spécialité Mondialisation et dynamiques spatiales dans les pays du Sud, sous la direction de Brigitte Dumortier.
« Istanbul, entre ville « ottomane » et « ville monde ». La politique culturelle de la municipalité du Grand Istanbul confrontée aux ambitions municipales d’internationalité »
—–(télécharger le mémoire)

Clémence PETIT (2008), UFR de Géographie et d’Aménagement, Université Paris IV
« Périurbanisation, politiques urbaines et gouvernance. Le cas de Çekmeköy, marge nord-ouest de l’agglomération d’Istanbul »
—–(télécharger le mémoire)

 

2007

Mathilde HOUZÉ (2007), Institut d’Aménagement du Territoire et d’Environnement, Université de Reims
« La participation de la société civile à la protection du patrimoine bâti en Turquie. L’exemple de l’agenda 21 local de Bursa »
 —–(télécharger le mémoire)


2005

Julien GROUILLER (2005), Maîtrise d’urbanisme et d’aménagement, Paris VIII.
« La reconversion de la centrale électrique Silahtarağa à Istanbul. Analyse d’une opération de reconversion de friche industrielle urbaine au travers de ses références et des acteurs impliqués. « 
—–(télécharger le mémoire)

Nathalie RONDEL (2005),
« City walls of Istanbul: a heritage to be valorized within its environment »
—–(télécharger le mémoire)


2004

Ségolène DEBARRE (2004), Maîtrise de Géographie, Université Lyon 2, ENS LHS.
« Ceci n’est pas une gated community… Réflexion sur une définition à partir du cas d’Alkent-Etiler, Istanbul » 
—–(télécharger le mémoire)

Derya ÖZEL (Eté 2004),
« Politiques urbaines et patrimonialisation : quelle représentation de l’héritage architectural. L’exemple de la péninsule historique Eminonü – Fatih, Istanbul »
—–(télécharger le mémoire)


2003

Frédéric CACAUT (2003), DESS « Architecture, Villes et Patrimoine au Maghreb et au Proche Orient »
« Le Perşembe Pazarı : un héritage urbain et architectural menacé. »
—–(télécharger le mémoire)

Kader Kemal GOMENGIL (2002-2003)
« Comment vivre et construire un patrimoine historique dans un contexte metropolitain en forte mutation urbaine ? »
 —–(télécharger le mémoire)

 

2009-2010 : Conférences autour d’« Istanbul 2010. Capitale européenne de la culture »

En 2010, Istanbul a joui d’une importante visibilité médiatique en Europe. En effet, la mégalopole turque bénéficia de son statut temporaire de « Capitale européenne de la culture », label attribué par la Commission européenne destiné à promouvoir un certain nombre de manifestations culturelles. C’est la première fois qu’une entité urbaine d’une telle importance, tant historique que démographique, s’est trouvée être sélectionnée depuis la montée en puissance de ce label au cours des années 1990. Certes, Istanbul s’inscrit dans la liste déjà longue des métropoles entendant utiliser cette occasion pour se doter, par la culture, notamment par la requalification de friches industrielles et la reconquête de waterfronts, d’une image de marque sur le très concurrentiel marché globalisé des villes. Cependant le cas d’Istanbul comporte des particularités qui le singularisent nettement par rapport à ses prédécesseurs.

Yoann Morvan

Conférences en ligne

 Le Lundi 14 décembreKorhan Gümüş.
Cliquer ici pour la Conférence en ligne.

 Le 11 janvierAsu Aksoy et Orhan Esen.
Cliquer ici pour la Conférence en ligne.

 Le 22 févrierCengiz Aktar .
Cliquer ici pour la Conférence en ligne.

 Le 15 marsNora Şeni
Cliquer ici pour la Conférence en ligne.

 Le 26 avrilBige Örer.
Cliquer ici pour la Conférence en ligne.

 Le 24 maiJean-François Pérouse.
Cliquer ici pour la Conférence en ligne.