La vitalité d’Istanbul en matière d’art contemporain attire les jeunes galeristes étrangers

Steven Riff un galeriste français de 27 ans a ouvert en mai 2012 la première galerie stambouliote entièrement consacrée aux artistes internationaux. Il y expose des œuvres d’art contemporain, comme actuellement Stella et Venet.

Depuis mai dernier, le quartier de Tophane abrite une nouvelle galerie, RIFF ART PROJECTS. Contrairement à la plupart des lieux d’exposition d’art contemporain, cette galerie n’est pas un loft. Son propriétaire a choisi de jouer avec l’espace et de conserver les cloisons d’origine, en ajoutant même parfois. Semi-ouvertes, elles laissent circuler la lumière et créent une impression de perspective, de séquences. Chaque artiste peut ainsi y avoir son espace intime. Parfois, au contraire, le galeriste peut s’amuser à rapprocher deux univers, les faire se compléter.

Inauguration de la 7è édition de la foire d’art contemporain CONTEMPORARY ISTANBUL

Conçu selon le modèle de la FIAC la 7è édition de la foire d’art contemporain Contemporary Istanbul a ouvert ses portes le

21 novembre 2012 à Istanbul. Si cet événement, grand rendez vous mondain,  s’installe progressivement

dans le calendrier des rencontres internationales de l’art contemporain, il n’est pas attesté qu’il attire de plus

en plus de galeries étrangères et les collectionneurs du monde entier.

L’art contemporain turc s’exhibe à Séoul

Contemporary Istanbul exhibe l’art contemporain turc à Séoul. Hasan Bülent Kahraman est le commissaire de cette exposition « Encounters » qui aura lieu entre 6 et 26 septembre 2012 à l’ ARA Art Square . Les artistes présentés sont:
Ardan Özmenoğlu – Aslımay Altay Göney – Arslan Sükan – Ayça Telgeren – Bahar Oganer – Bedri Baykam – Burçak Bingöl – Burcu Aksoy – Burcu Perçin – Burhan Doğançay – Can Kurucu – Can Ertaş – Çınar Eslek – Deniz Üster – Ebru Uygun – Ekrem Yalçındağ – Elif Uras – Elif Boyner- Erol Akyavaş – Ferhat Özgür – Filiz Azak – Gökçe Erhan – Gökhan Deniz – Haluk Akakçe – Hüsamettin Koçan – Ilgın Seymen – İrem Tok – Jale Çelik – Kemal Seyhan -Kezban Arca Batıbeki – Komet – Maide Bulak – Murat Germen – Nazif Topçuoğlu – Nejat Satı – Nermin Er – Nezaket Ekici – Orhan Cem Çetin – Can Ertaş – Osman Dinç – Ramazan Bayrakoğlu – Seçkin Pirim – Sevim Sancaktar – Seydi Murat Koç- Seza Paker – Sıtkı Kösemen – Sümer Sayın – Tuğberk Selçuk- Yaşam Şaşmazer- Yağız Özgen – Yeşim Akdeniz – Yıldız Şermet – Zeynep Kayan”

Rabia çapa la première et plus ancienne galeriste d’art contemporain à Istanbul

Écrit par Meriem Draman, le Petitjournal, 2 juin 2012

Envoyer Imprimer

Rabia Çapa ouvrait en 1976 à Istanbul la première galerie d’art contemporain. 36 ans après, la galerie  Maçka Sanat Galerisi , aux choix exigeants est devenue un lieu de rendez-vous incontournable du Monde de l’Art. Atypique, elle expose les œuvres d’artistes de renommée internationale ainsi que celles d’artistes turcs majeurs. Rabia Çapa, c’est un parcours hors-norme, une femme de tête et de talent, une artiste passionnée et touchante par sa grâce

Lepetitjournal.com d’Istanbul : Pouvez-vous nous parler de vous ? De votre enfance ?
Rabia Çapa
(photo personnelle): Je suis née à Istanbul, ma famille est originaire de Rize, de la région de la Mer Noire. Nous étions 6 enfants, 4 filles et 2 garçons. Jusqu’à mes 14 ans, avec nos cousins et cousines, nous avons passé toutes nos vacances dans une grande ferme à Kayişdağ*, à Içerenköy , devenu de nos jours un quartier de la grande Istanbul, côté asiatique. J’ai donc grandi au milieu des poules, des vaches,  nous avions aussi de grands champs de blé. A la mort de mon grand-père puis de ma grand-mère peu après, ma famille a préféré vendre le domaine familial. Aujourd’hui à la place de la ferme de jadis, il y a de grands immeubles qui abritent les tours d’Iş Bankası. Quand on se réunit en famille, nos discussions reviennent sans arrêt sur cette enfance en plein-air que l’on a connue et que l’on a tant aimée. Ma mère, mariée à 13 ans, ne travaillait pas, s’occupait de nous autant qu’elle pouvait mais était très occupée avec ses œuvres de charité. Mon père, lui, était armateur, tout le temps en voyage. Nous avons grandi avec des parents très jeunes, mon père dès qu’il était à la maison jouait beaucoup avec nous, au ping-pong, au volley-ball.  Le reste de l’année, nous vivions à Bebek ; j’ai suivi ma scolarité secondaire au Lycée Sainte Pulchérie où j’ai appris le français.

Quelles études universitaires avez-vous faites ? D’où vous vient cette passion pour l’art ?
J’ai suivi les cours de l’Académie des Beaux-arts d’Istanbul. Pendant 4 années, j’ai suivi les cours de manière très assidue dans l’atelier du célèbre Bedri Rahmi Eyüboğlu sans jamais être inscrite, seulement en candidate libre car mon père n’a jamais accepté que je suive des cours à l’Académie. Déjà toute petite, je faisais des tableaux toute seule dans ma chambre, je les exposais aux amis de passage de mes parents dans notre grand salon, et leur demandais une somme symbolique pour admirer mes œuvres.  Mon futur métier de galeriste sommeillait en moi. Avec ma petite sœur Varlık, qui partageait ma passion pour le dessin, et qui était en plus collectionneuse, nous avons créé, devenues adultes notre première galerie d’art contemporain ensemble ici à Maçka : la Maçka Sanat Galerisi en 1976.

Comment l’idée d ‘ouvrir une galerie d’art contemporain vous est venue à l’esprit il y a 36 ans ? (l’entrée de la galerie décorée par Daniel Buren à Maçka, collection personnelle)
Quand mes deux petites filles ont été en âge d’aller à l’école, et que je me suis retrouvée plus ou moins esseulée, j’ai dit à mon mari qu’il fallait absolument que je travaille. Je ne me sentais plus capable d’exercer en tant qu’artiste, et Bedri Rahmi Eyüboğlu, mon ancien professeur ne m’y a pas encouragée… Je voulais à ce moment-là absolument rester dans le milieu de l’art, et j’ai eu l’idée d’ouvrir une galerie pour proposer les expositions des autres. Cette galerie est unique dans son genre, car nous sommes les seules à avoir transformé un appartement en galerie après avoir abattu presque toutes les cloisons. Il existait à cette époque déjà une galerie dans le quartier, mais la mienne est la plus ancienne aujourd’hui.

Quels sont les artistes que vous avez exposés qui vous ont fait connaître par la suite ?
Tous les artistes turcs aujourd’hui très connus sont passés par ma galerie : Mehmet Güleryüz, Ömer Uluç, Komet avaient déjà une petite notoriété mais après avoir exposé ici, ont connu ensuite un très grand succès international. Chez les étrangers, j’ai exposé Daniel Buren, François Morellet, Sarkis pour les plus célèbres. Ma devise a été depuis le début de m’attacher à certains artistes,  à reconnaître leur talent, à les suivre tout au long de leur carrière. Plutôt que la quantité, j’ai préféré choisir la qualité.  Par nos choix exigeants, ma sœur et moi, nous avons voulu que notre galerie traverse les décennies et être aujourd’hui encore une référence dans le monde de l’art contemporain.

 

Pour conclure peut-être, pourquoi l’art contemporain ?
A l’époque, il y a 36 ans, il n’y avait que des galeries d’art classique à Istanbul car l’art contemporain n’existait pas encore ici. Je ne voulais pas faire dans la nature morte, les paysages …et après avoir voyagé à Milan, à Paris, nous nous sommes dit ma sœur et moi que nous allions ouvrir notre première galerie d’art contemporain. Etonnamment, ma petite fille qui a une vingtaine d’années et qui vient de terminer ses études à la Sorbonne, est une passionnée d’art classique, et n’apprécie que très peu l’art contemporain. Moi, sa grand-mère, je vais tout entreprendre pour la faire changer d’avis…

Propos recueillis par Meriem Draman (www.lepetitjournal.com/istanbul) jeudi 7 juin 2012

Adresse :

MAÇKA SANAT GALERISI

Eytam Caddesi 31, Maçka 80200, Istanbul

Liens : art moderne, art contemporain et centres d’art

Musées :

Doğançay Museum :
http://www.dogancaymuseum.org/ 

Santral Istanbul :
http://www.santralistanbul.org/main/index/

Sakıp Sabancı Museum :
http://muze.sabanciuniv.edu/homepage 

Modern Istanbul :
http://www.istanbulmodern.org/

Pera Müzesi : 
 http://www.peramuzesi.org.tr/

 

Evénementiel :

Contemporary Istanbul (Foire d’Art Contemporain Istanbul) :
http://www.contemporaryistanbul.com/

Biennale d’Art Contemporain d’Istanbul (IKSV):
http://bienal.iksv.org/tr 


Galeries et centres d’art :

Platform Garanti Contemporary Art Center :
http://platformgaranti.blogspot.com/

Depo (Tütün Deposu):
http://www.depoistanbul.net/ 

SALT :
http://www.saltonline.org/tr/anasayfa

Galeri Manâ :
http://galerimana.com/en/