Vers une télé officielle en Turquie? Vers un ordre moral? En tout cas vers moins de liberté d’expression

Le Premier Ministre turc Recep Tayyip Erdogan s’en est pris à la série phare des chaînes turques,

celle qui s’exporte le mieux: LE SIECLE MAGNIFIQUE (en référence au Sultan Suleyman le Magnifique)

Cette série  raconte sur un mode romanesque/télé novela les amours et les intrigues de la cour ottomane

au 16è siècle. Le PM en a appelé à la justice pour poursuivre cette lecture hétérodoxe de l’histoire ottomane, a blâmé chaînes et

producteurs d’émissions devant un auditoire de femmes voilées.

Inauguration de la 7è édition de la foire d’art contemporain CONTEMPORARY ISTANBUL

Conçu selon le modèle de la FIAC la 7è édition de la foire d’art contemporain Contemporary Istanbul a ouvert ses portes le

21 novembre 2012 à Istanbul. Si cet événement, grand rendez vous mondain,  s’installe progressivement

dans le calendrier des rencontres internationales de l’art contemporain, il n’est pas attesté qu’il attire de plus

en plus de galeries étrangères et les collectionneurs du monde entier.

Constituer des collections d’objets d’art est un usage qui se généralise parmi les élites turques

‘Bu esere sahip olmanın ayrı bir değeri var’

Fallen City,l’oeuvre du peintre Erol Akyavas fut acquise à Istanbul  aux enchères pour une somme de 1.300.000 livres

turques par des amateurs dont la collection ne date pas de plus de dix ans, Hakan et Pinar Ertaç,

eux mêmes intimidés par la somme de leur achat (approximativement 600.000€).

cf. Milliyet,le 20 novembre 2012

 

 

 

 

 

 

par YASEMİN BAY

Çok geçmeden, satış fiyatı KDV ve komisyon ücreti de eklenince 1 milyon 641 bin TL’ye yükselen Akyavaş’ın bu eserinin Hakan ve Pınar Ertaç koleksiyonuna gittiği ortaya çıktı. “Kuşatma” serisinin sonuncusu olması dolayısıyla Türk sanatında özel ve önemli bir yere sahip olan “Fallen City”de (136X264 cm.) Akyavaş, kuşatmanın ardından fethedilen şehri anlatıyor. Usta sanatçıların önemli yapıtlarını koleksiyonlarında bir araya getiren Pınar Ertaç ile bir araya geldik…

* “Fallen City” adlı tablosunu koleksiyonunuza katmak istemenizin nedeni neydi? 
Koleksiyonumuz için seçtiğimiz sanatçıların belli dönemlerine ait önemli eserlerini toplamaya çalışıyoruz. Akyavaş da bu listedeki sanatçıların başında gelen isimlerden biri… Koleksiyonumuzun bir adım daha yukarı taşınmasında önemli bir rolü olacak bu parçanın müzayedeye çıktığını görünce de esere sahip olmak istedik. Ve sonuçta bunu başarmak bizi çok mutlu etti. Öte yandan eserin içeriği ve hikayesi de bizim açımızdan çok önemli. “Fallen City”i satın almamızın özel bir sebebi de var. Eşim, aile dostumuz olan çok önemli bir koleksiyonerin ofisine her gittiğinde Akyavaş’ın “Kuşatma” adlı tablosunu dakikalarca seyreder. “Fallen City” de “Kuşatma” serisinin sonuncusu ve bu serideki bir başka önemli parça. Akyavaş’ın “Kuşatma”dan sonra aynı seride bu boyutlarda bir başka eseri daha yok. Dolayısıyla bu esere sahip olabilmenin ayrı bir değeri var.

* Birkaç bayrak daha kalksaydı ve fiyat yükselseydi yine de devam eder miydiniz?
Onu Allah bilir. Müzayede psikolojisi…  Tabii ki herkesin eser için ayırabileceği belirli bir bütçesi var. Devam eder miydik bilmiyorum ama “Fallen City”, bence Türk resim sanatının en önemli eserlerinden biri.

* Koleksiyonunuza ne zaman başladınız?
Eşim, 2000’li yılların başında başladı koleksiyon serüvenine. Ben de 2 yıldır koleksiyonun gelişimini devam ettiriyorum. 2000’lerden bu yana birçok eser aldık. Satın aldığımız eserleri asıp seyretmeyi çok önemsiyoruz. Eserlerin her biri evimizde ve eşimin ofisinde asılı durur.

Les premiers coups de pioches ont inauguré le réaménagement tant contesté de la Place Taksim à Istanbul

 

Le bras de fer engagé au sujet de l’aménagement de la Place Taksim entre d’une part le gouvernement

turc, la municipalité métropolitaine d’Istanbul et de l’autre les associations, les chambres des architectes

et organisations professionnelles, les représentants des quartiers environnants s’est  mué en une confrontations

emblématique.  Quelques mois avant les premiers coups de pioche l’IFEA avait organisé une table ronde à ce

sujet avec des intervenants comme le Prof. Guzin Kaya (Univ. Mimar Sinan), Korhan Gumus, Nora Seni,

Murat Güvenç. Ces échanges permettent d’aborder les enjeux qui tranversent cette confrontation: La vidéo

de cette table ronde est accessible sur:

https://www.ifea-istanbul.net/index.php?option=com_k2&view=item&id=1370%3Acomment-penser-la-reconfiguration-de-la-place-taksim-%3F-29-11-2011&Itemid=470&lang=fr

Une caravane entre Marrakech et Marseille

A Marrakech, avec les marionnettes

et les gnawas

LE MONDE |

Par Véronique Mortaigne à Marrakech (Maroc) – Envoyée spéciale

Le camion de Karwan, le "Porte-folie", à Marrakech.

Fin octobreM, un semi-remorque rouge vif s’est installé dans un angle de la place Jemaa-el-Fna, le mythique point de rencontre des Marrakchis, des touristes et des charmeurs de serpents. Le camion a été baptisé « Porte-folie » par Karwan, la structure marseillaise qui l’a acheté – sur Internet – avant de le transformer en exposition itinérante sur l’histoire des Arts de la rue – une « Folle histoire » qui trouvera son épilogue en mai 2013, dans le cadre de Marseille-Provence 2013, quand la cité phocéenne sera capitale européenne de la culture. La compagnie Carabosse mettra alors le Vieux-Port sens dessus dessous, puis les marionnettes géantes de Marrakech et les musiciens gnawas, avec leurs castagnettes de métal, feront le tour des Bouches-du-Rhône.

 

Exposition au Victoria and Albert Museum sur la nouvelle photographie au Moyen Orient

Light from the Middle East, New Photography, l’exposition au Victoria and Albert Museum sur la nouvelle photographie au Moyen Orient du 13 novembre 2012 au 7 avril 2013.

Nermine Hammam, ‘The Break’, from the series ‘Upekkha’, 2011. Museum no. E.1129-2012. The Art Fund Collection of Middle Eastern Photography at the V&A and the British Museum

La FIAC turque Contemporary Istanbul se déroulera du 22 au 25 décembre à l’Istanbul Convention and Exhibition Center (ICEC) et au Centre des Congrès d’Istanbul

The seventh edition of Contemporary Istanbul will take place from 22nd to 25th of November 2012. As the most extensive contemporary art event in Turkey, Contemporary Istanbul aims to promote the cultural and artistic life of Turkey.

For four days, Contemporary Istanbul is hosting national and international galleries, artists from all over the world, collectors, museum directors, curators, art critics, members of press and art lovers at Istanbul Convention and Exhibition Center (ICEC) and Istanbul Congress Center. In addition to the main event, Contemporary Istanbul is organizing through the year several side events and art projects such as conferences, exhibitions with the aim of contributing to the country’s contemporary art development.Contemporary Istanbul 2012

Le principal sponsor de cet événement est la banque AKbank. Participent au financement Zorlu Center, Yildiz Holding et la Municipalité métropolitaine d’Istanbul.

Isabella Fossati Casa, descendante des frères Fossati, architectes, restaurateurs de Sainte-Sophie à Istanbul, vient de publier un très beau livre sur les intérieurs vénitiens à la Renaissance

Isabella Palumbo Fossati Casa, maître de conférence d’italien à l’Université de Picardie-Amiens publie chez Michel de Maule le texte remanié et synthétisé de sa thèse de doctorat à l’EHESS sur la maison et la société vénitiennes à la fin du XVIe siècle sous le titre d’ Intérieurs vénitiens à la Renaissance. Instruit par les documents des Archives d’Etat de Venise, notamment par les  inventaires des biens recensés par les notaires entre 1570 et 1600 (la plupart des inventaires après décès) dans les maisons appartenant à des Vénitiens de toutes les couches sociales et professionnelles, ce beau livre renseigne sur l’habitat et le mode de vie à Venise au 16e siècle sujet sur lequel peu d’historiens se sont penchés. Les arrières grands parents de l’auteur,  les frères Gaspare et Giuseppe Fossati ont conduit les restaurations les mieux connues de Sainte-Sophie à Istanbul, celles commandées par le sultan Abdülmecid et réalisées entre 1847 et 1849.

Intérieurs vénitiens à la Renaissance

A lire à ce sujet:

http://www.altritaliani.net/spip.php?article1130&lang=it

http://passouline.blog.lemonde.fr/2012/08/12/venise-derriere-les-murs/

 

 

L’opposition au gouvernement turc « musulman conservateur » persévère dans ses célébrations républicaines et commémore Atatürk avec ferveur

Le 10 novembre est l’anniversaire de la mort de Mustafa Kemal Atatürk, décédé en 1938. La lecture que fait de la création de la République Turque le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan induit aujourd’hui de commémorer avec moins de ferveur cette journée. A Ankara et Istanbul des manifestations rappellent que l’aura du fondateur de la République reste intacte dans les rangs d’une bonne partie de  la population…faut-il ajouter « des grandes villes »?  Photo de la chaîne humaine sur les rives asiatiques de la Mer Marmara (communiquée par la Mairie de Kadiköy)

Collectionneurs et donateurs de retour sur la scène publique

Collectionneurs et donateurs de retour sur la scène publique/

Donation de la collection de l’allemand au Musée d’Art de la Ville de Paris Michael Werner

LIBERATION grand angle | 29 octobre 2012

Par HENRI-FRANÇOIS DEBAILLEUX

Michael Werner, un don de fidélité

Le galeriste allemand offre 127 œuvres de sa collection au musée d’Art moderne de la Ville de Paris, en hommage à son directeur et à un lieu où il a eu la révélation de sa vocation.

En donnant 127 oeuvres de sa collection au musée d’Art moderne de la Ville de Paris, le galeriste Michael Werner fait indéniablement de cette monumentale donation un événement. Elle est la plus importante en France depuis le legs du docteur Maurice Girardin en 1953, qui fut d’ailleurs à l’origine de la création du musée d’art et de son installation avenue du Président Wilson, à Paris . Au-delà de sa dimension spectaculaire, cette manne est surtout remarquable par la qualité des artistes et des pièces qui la constituent : 37 œuvres d’A.R.Penck, 32 de Markus Lupertz, 16 d’André Derain, des Gaston Chaissac, Otto Freundlich, Etienne Martin, et un Wilhelm Lehmbruck – le premier à entrer dans les collections publiques françaises.

 


 

Exposition de la collection de Marcel Brient à la Galerie Kreo

Brient alliages

Expo. A la galerie kreo, le collectionneur Marcel Brient confronte ses œuvres d’art et de design. Une cascade d’histoires d’amour.

Par ANNE-MARIE FÈVRE

«Cette exposition, c’est une histoire d’amour», commente une critique d’art lors du vernissage de «Together» (Ensemble) à la galerie kreo. Marcel Brient acquiesce, ravi. Ce grand collectionneur français de 72 ans, à la tête d’un trésor de 2 000 pièces, y confronte design et art, avec une sélection de ses œuvres bien choisies. Elles font la paire, se regardent, ou se choquent. Carbon Ladder, échelle noire à la forme simple, du designer Marc Newson (2008) est rapprochée d’Escalade, encre sur..

NAPLES LIEU DE CONVERGENCE Colloque du Pôle Méditerranée, Université Paris 8, INHA, 15, 16, 17 Novembre 2012

NAPLES LIEU DE CONVERGENCE     Colloque du Pôle Méditerranée,  Université Paris 8, INHA, 15, 16, 17 novembre 2012

Avec le soutien des
Pôle Méditerranée EA 4385-Laboratoire d’Études Romanes (Université Paris 8) Plaine Commune CASDEN

Programme
Comité scientifique : Juan Carlos D’Amico (Université de Caen Basse-Normandie), Françoise Decroisette (Université Paris 8), Filippo Fimiani (Université de Salerne), Alain Hugon (Université de Caen Basse-Nor- mandie), Daniel-Henri Pageaux (Université Paris 3), Maria Carla Papini (Université de Florence), Carlo Vecce (Université de Naples-L’Orientale)

JEUDi 15 NOVEMbRE 2012
Université Paris 8 – bâtiment b – salle b106 2, rue de la Liberté – 93526 Saint-Denis – Métro : Université de Saint-Denis (ligne 13)

Après-midi 14h Accueil des participants
Le mythe de Naples
Président de séance : Alain Hugon 14h30 Dominique Fratani (Université Bordeaux 3)
De courtisan à ‘caval vecchio’ : Bernardo Tasso dans la tourmente de l’histoire napolitaine
15h Daniel-Henri Pageaux (Université Paris 3) Images espagnoles de Naples (XXe-XXIe siècles), 15h30 Catherine Gottesman (Université Paris 8) Trois images de Naples dans l’imaginaire d’artistes contemporains (roman, peinture, cinéma) : Jean Marc Turine, Mario Martone, Vincent Dieutre
16h Débat 16h45 Pause
Naples capitale artistique, capitale musicale
17h15 Giulia Veneziano (École Française de Rome-progetto Musici) Il richiamo di Partenope 17h45 Dario Lanfranca (Université Paris 8) Quelques considérations sur l’activité opératique d’Alessandro Scarlatti à Naples 18h15 Débat
20h Dîner
VENDREDi 16 NOVEMbRE 2012
Institut National d’Histoire de l’Art – Amphithéâtre (Galerie Colbert) 2, rue Vivienne/6, rue des Petits Champs – 75002 Paris Métro : bourse (ligne 3) / Pyramides (lignes 7, 14) / Palais Royal-Musée du Louvre (ligne 1)
Matin    Naples capitale artistique, capitale musicale (suite) Président de séance : Juan Carlos D’Amico
9h30 Sandra La Rocca (Université de Toulouse le Mirail) L’Enfant Jésus à Naples à l’époque moderne : entre art et dévotion 10h Karen Dutrech (École pratique des hautes études) Le théâtre du volcan 10h30 Débat
11h Mélanie Traversier (Université Lille 3) Le chant de la Sirène : comment attirer les musiciens dans la Naples des Lumières ? 11h30 Camillo Faverzani (Université Paris 8) L’autre Norma, ou une face cachée du néoclassicisme opératique napolitain 12h Débat 12h30 Déjeuner
Après-midi
Naples capitale artistique, capitale musicale (suite)
Président de séance : Daniel-Henri Pageaux 14h Françoise Decroisette (Université Paris 8)
Actualité de l’opera buffa napolitain : «La Gazzetta» de Gioacchino Rossini mis au goût de l’Europe 14h30 Alessandro Martini (Université de Lyon 3) Marvin Gaye et Sergio Bruni : la musique à Naples dans les années 80 et 90. Métissages, influences, voyages 15h Débat
Naples, ou de l’usage des arts à des fins politiques
15h30 Juan Carlos D’Amico (Université de Caen Basse-Normandie) Les fêtes napolitaines en l’honneur de Charles Quint 16h Alain Hugon (Université de Caen Basse-Normandie)
Le palimpseste révolutionnaire : Naples 1647-1648
16h30 Débat 17h Pause 17h30 Pierre-Marie Delpu (Université Paris 1) Naples capitale intellectuelle libérale dans le premier XIXe siècle 18h Luca Salza (Université de Lille 3) Quand la plèbe parle. Naples années 70 18h30 Débat 20h Dîner
SAMEDi 17 NOVEMbRE 2012
Institut National d’Histoire de l’Art – Amphithéâtre (Galerie Colbert) 2, rue Vivienne/6, rue des Petits Champs – 75002 Paris Métro : bourse (ligne 3) / Pyramides (lignes 7, 14) / Palais Royal-Musée du Louvre (ligne 1) Matin
Naples objet littéraire
Président de séance : Maria Carla Papini 9h30 Margherita Ranaldo (Université de Naples-L’Orientale)
Boccaccio et Naples : espaces mythologiques de la Méditerranée
10h Rosaria iounes-Vona (Université de Lorraine-Site de Metz) De l’empreinte straparolienne à l’adaptation de Charles Perrault :
l’art de la mise en scène dans «Cagliuso» de Giovambattista Basile, in «Lo cunto de li cunti» (1634-1636)
10h30 Débat11h Françoise Graziani (Université de Corse) Le tombeau de la Sirène : variations sur l’héritage antique 11h30 Massimo Natale (Université de Vérone) Naples et l’écriture poétique : de la fin du XVIe siècle au début du XVIIe 12h Débat 12h30 Déjeuner
Après-midi
Président de séance : Françoise Decroisette 14h Vincent d’Orlando (Université de Caen Basse-Normandie)
Cette ville dont Naples est le nom : l’exécration amoureuse comme procédé littéraire
14h30 Maria Carla Papini (Université de Florence) Napoli e il mito classico nella prosa e nella poesia di Giuseppe Ungaretti
15h Roberta Capone (Université d’Avignon) Magie, mystère : le mythe de la Naples ‘souterraine’
15h30 Débat 16h15 Pause 16h45 Maria Rosa Chiapparo (Université de Tours) Napoli come metafora: da Matilde Serao ai ritratti contemporanei di «NapoliMonitor», la creazione di un mito negativo della modernità 17h15 Nives Trentini (Université de Barcelone) Psicostoria di una città: Napoli nella scrittura autobiografica di La Capria 17h45 Débat 18h15 Clôture du colloque 20h Dîner
Contacts :
Pôle Méditerranée Université Paris 8 Service de la Recherche Tél. : 01 49 40 71 16
Les capitales méditerranéennes de la culture (I)
Naples, lieu de convergences :
camillo.faverzani@univ-paris8.fr antgraz@club-internet.fr dieter.hornig050@gmail.com
circulation des langues et des arts en Méditerranée
organisé par Camillo Faverzani, Françoise Graziani, Dieter Hornig
Université Paris 8 – bâtiment B – salle B106
2, rue de la Liberté – 93526 Saint-Denis Métro : Université de Saint-Denis (ligne 13)
Institut National d’Histoire de l’Art
Amphithéâtre (Galerie Colbert) 2, rue Vivienne/6, rue des Petits Champs – 75002 Paris Métro : Bourse (ligne 3) / Pyramides (lignes 7, 14) Palais Royal-Musée du Louvre (ligne 1)

L’interdiction de défiler pour célébrer la Fête de la république révèle les rivalités au sommet de l’Etat turc

Écrit par Anne Andlauer

Lundi 29 octobre, fête de la République, des milliers de personnes ont défilé du centre d’Ankara au mausolée d’Atatürk malgré une interdiction officielle. La police a d’abord tenté d’empêcher la marche, organisée à l’appel de plusieurs partis et groupes d’opposition, avant de lever ses barrières. Depuis, une interrogation alimente la polémique et les rivalités au sommet de l’État : qui a fait lever ces barrages ?

Ce n’est pas le Premier ministre. Recep Tayyip Erdoğan l’a lui-même affirmé lundi, puis confirmé le lendemain, lors d’une conférence de presse. “Je n’ai pas donné l’ordre de lever ces barricades. Je ne sais pas si le président de la République a donné une telle instruction au préfet.” Qui d’autre, pourtant, que le chef de l’État, Abdullah Gül ?

Une de Vatan mardi: “D’abord le gaz, ensuite l’autorisation »

Dans la suite de sa réponse, Erdoğan semble adresser un message à l’intéressé, dont il convoite le fauteuil aux élections de 2014 : “Je ne pense pas que notre président pourrait donner une telle instruction car à ce jour, nous n’avons pas dirigé ce pays avec un exécutif à deux têtes. Le pays n’irait nulle part avec un exécutif à deux têtes”, a commenté le Premier ministre.

Message auquel Abdullah Gül a répondu hier :