« La saison des patrimoines »

La saison des patrimoines

Par Nazarena Lanza, doctorante au Centre Jancques Berque

Le mot « patrimonialisation » est sur les lèvres de tous. Où que je me tourne, je rencontre le mot, l’idée, le projet.Il y a quelques jours, un pécheur m’étonnait en parlant de « désir de sauvegarde du patrimoine de sa culture». L’année passée, en me promenant dans la médina de Fès, j’ai été appâtée par le gérant d’une « pharmacie traditionnelle berbère », mais son magasin se transforma subitement en « temple de remèdes tijani » dès qu’il s’adressa à mon ami sénégalais, supposé être un pèlerin de la confrérie de la Tijaniyya, dont le mausolée se trouve à Fès. Patrimonialisation par le bas, avais-je pensé. En y regardant plus près, qu’est-ce que cela engage ?

Au Maroc comme ailleurs, la « valorisation du patrimoine » a pris la stature d’un enjeu stratégique. L’attrait d’un pays se joue autour de son patrimoine, de comment il est présenté, préservé, réapproprié, « vendu ». Sa valorisation a aussi l’important rôle d’alimenter et rassembler le sentiment d’appartenance de différentes populations sous un même drapeau.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *